Impact des pratiques professionnelles et des courants de pensée sur la participation notamment des groupes vulnérables Henri Franchet

La participation des groupes vulnérables n’est pas sans lien avec la manière dont les institutions, les professionnels, délivrent les prestations sociales. Impliqués dans l’accompagnement des populations concernées, ils peuvent se situer à des niveaux d’accompagnement qui favorisent plus ou moins l’empowerment et leur participation. Il est intéressant de constater que l’évolution des pratiques dans l’éducation spécialisé, en France, suit l’évolution des modes d’intervention en développement local mais aussi dans le secteur sanitaire.    

MODES

OBSERVATEUR

AGENT

RELATIONNEL

ACCOMPAGNATEUR

SOCIAL

ANNEES

40-50

60-70

Début   80

SENS

Édicté par les

spécialistes porteurs

de la raison,

objectivation

Supposé cherché par

l’intéressé lui-même,

en lui-même avec

l’aide des spécialistes

Aider la personne à

choisir le sens qu’elle

entend donner à son

parcours

AGIR

Externe

Pas (ou   peu) d’écoute

Interne

Ecoute,   relations

interpersonnelles

Interaction   sociale

CONTEXTE

SOCIAL

Clarté   sociale

Sens   prescrit

Diagnostic

Réponses   techniques

Enjeux   politiques

Contradiction   de

l’éducateur   : entre

ordre et   écoute

Enjeux   d’ordre éthique

Questionnement

INDIVIDU

Assujetti

Agent

Usager

Acteur

Citoyen

Auteur

Ces trois périodes[1] sont des tendances qui cohabitent dans les pratiques des travailleurs sociaux et également dans les institutions aujourd’hui.

On va retrouver cette même évolution et cohabitation dans le secteur sanitaire, où l’on passe du travailler « pour » au travailler « avec », de la médecine individuelle à la médecine commnautaire, du soin à la prévention puis à la promotion et enfin de l’éducation du patient à l’éducation thérapeutique de l’usager acteur. [2]

 

Il en va de même dans le débat sur la participation des usagers aux services sociaux où l’on peut distinguer cinq courants de pensée en Europe[3].

     Pensée

Participation

Protectionnisme social

Professionnalisme

Consumérisme

Managérialisme

Participationnisme

Approche

«   à l’ancienne » bureaucraties rigides, inflexibles

Services   uniformes et normalisés

Travaille   pour les clients

Gestion des cas/dossiers

Introduit le marché ou   un quasi-marché dans les

services publics afin   d’en faire profiter les producteurs et les consommateurs

L’accent   est placé ici moins sur l’usager que sur l’intérêt du prestataire

Chacun doit s’engager

personnellement pour   donner aux services la forme souhaitée

Avantages

Droits   sociaux

Charte   des droits pour certains services.

Ressources   limitées des services

   

Attache plus de prix à   la capacité des

usagers d’agir aussi   comme citoyens et d’assumer une coresponsabilité avec d’autres.

usagers en tant

que coproducteurs de   services oeuvrant en coopération avec les professionnels et leurs

d’exercer une influence   certaine mais qui demande aussi beaucoup d’eux en

retour ».

Inconvenients vis-à-vis de la participation

«   soulève plus d’obstacles qu’il n’offre »

ne   laisse guère de place aux opinions et aux préférences du client.

Beaucoup d’obstacles   empêchent les usagers de se comporter en

consommateurs   capables de faire leurs propres choix

renforce le rôle des   organisations qui représentent

les   intérêts des usagers et facilite leur participation aux systèmes complexes de   services

Individu

Bénéficiaires

Usagers

Consomateur

Consomateur

Acteurs Citoyens

Les spécialistes professionnels et techniques, tels que les planificateurs et les ingénieurs, pensent que la collaboration citoyenne peut compromettre leurs jugements et normes professionnels et techniques. Il n’est pas peu courant pour les

gouvernements locaux d’adopter de vigoureuses et positives politiques et stratégies d’engagement citoyen, de voir les jugements du personnel professionnel foulés aux pieds sur des questions telles que la planification de l’utilisation des terres et la fourniture de services de base. Le défi consiste à fournir un forum où tous les points de vue peuvent être exprimés et évalués par rapport aux besoins et visions de la communauté, à court et à long termes. Les processus de planification participative ne seront efficaces au fil du temps que s’ils sont menés de manière ouverte et honnête et au mieux des intérêts de toute la communauté.[4]

Les citoyens peuvent ne pas vouloir participer

« Réaliser une participation efficace par et avec les citoyens est rarement chose facile. Même lorsque les gouvernements locaux font de l’animation en direction des citoyens, ceux-ci sont souvent réticents à s’impliquer.

Certaines des raisons pour lesquelles les citoyens peuvent ne pas vouloir participer sont les suivantes :

• On leur a refusé dans le passé l’accès au processus politique et ils manifestent une certaine prudence à s’impliquer.

• Ils n’ont pas de réel intérêt ou de connexion pour les questions qui dépassent la politique. Les questions auxquelles on leur demande de faire une contribution par le biais de quelque processus de participation citoyenne ne reflètent tout simplement pas leurs besoins ou intérêts.

• Leur foi dans la manière dont les décisions sont prises a été ébranlée par les efforts passés pour engager les autorités publiques dans des activités concertées de leadership et de prise de décision. Les courtiers en pouvoir ont toujours le dernier mot.

• Souvent, les citoyens ne savent pas comment participer aux processus de dialogue public et de prise de décision.

Ce qui suggère que la participation ou la collaboration est un comportement appris. Ceci s’applique aussi à beaucoup d’autorités élues et nommées.


[1] Nègre Pierre, (1999), La quête du sens en éducation spécialisée, de l’observation à l’accompagnement, Paris, L’Harmattan.

[2] Franchet Henri DPP

[3] Evers, A. (2003) ‘Current strands in debating user involvement in social services’ (Etude

commanditée pour le projet sur « la participation des usages aux services sociaux »)

[4] Fred Fisher. Améliorer les relations entre citoyens et autorités locales par la planification participative.